QUELLES VACCINS pour une HELPER?

Par défaut

213000 helpers à Singapour, ces jeunes femmes originaires de régions très pauvres des Philipppines, d’Indonésie, de Birmanie, d’Inde, du Sri Lanka et de 9 autres pays d’Asie du sud est. Elles résident obligatoirement chez leur employeur, 7 jours sur 7, 24h sur 24 et y sont au contact de leurs enfants dont elles ont la charge. A ce titre, on peut donc considérer qu’elles exercent un métier « de la petite enfance », terme utilisé en France pour désigner toute personne qui travaille en contact direct avec des enfants de 0 à 3 ans: infirmière en pédiatrie, personnel de crèche, assistante maternelle à domicile, etc.

Ces personnels sont en France soumis à une obligation vaccinale ainsi qu’à des contrôles médicaux et l’OMS a également émis des recommandations vaccinales spécifiques pour les professionnels de santé auxquels ils sont assimilés.

Et pourtant, à Singapour, ni le MOM, ni le ministère de la santé, ni l’équivalent d’une autorité sanitaire n’ont émis de recommandations en ce qui concerne la vaccination des helpers.

Le contrôle médical imposé par le MOM tous les 6 mois se contente de vérifier que la helper n’est ni enceinte, ni porteuse d’une tuberculose pulmonaire (radio des poumons tous les ans), ni porteuse du virus du SIDA, ni porteuse d’une syphilis. Aucun examen clinique n’est demandé. Aucun contrôle des vaccinations non plus. Il ne s’agit en aucun cas d’une visite médicale du travail non plus.

Alors? On fait quoi? Une Maman qui découvrait cette situation m’a dit, horrifiée « mais on a chez nous des bombes à retardement »! Ce n’est pas entièrement faux dans certains cas, je pense notamment à l’hépatite B qui est très présente en Asie du sud-est et n’épargne aucune communauté, pas même celle des helpers bien sûr.

Voici donc des recommandations que je propose ; je me suis appuyée sur les recommandations ou obligations faites aux assistantes maternelles et personnels de la Petite Enfance en France.

AVANT TOUTE CHOSE, je rappelle que la vaccination a 2 objectifs (et non pas un seulement se protéger d’une maladie grave comme on le croit souvent à tort) :
1. Se protéger d’une maladie pour laquelle il n’existe pas de traitement alors que la maladie elle-même, ou bien ses complications sont particulièrement graves, voire mortelles dans certains cas
2. Protéger son entourage car, en étant vacciné, on bloque la dissémination du virus : il « butte » sur nos anticorps et sa folle course de proche en proche est stoppée. Plus il y a de personnes vaccinées dans une population, plus le virus va avoir du mal à se propager jusqu’à disparaître totalement; c’est ce qui est arrivé avec la variole qui a disparu de la surface de la terre ce qui a permis par la suite de supprimer le vaccin.

Vacciner sa helper répond donc à ces 2 objectifs :
1. La protéger
2. Protéger vos enfants

 

LES VACCINS à faire SANS HESITER:
Anti-Diphtérie – Tétanos – Polio – Coqueluche
o Si jamais vaccinée ou vaccination inconnue : 1 dose DTcaP à M1(*), puis DTP (sans la coqueluche) à M2 et M8 et rappel DTcaP 25 ans plus tard [par exemple janvier, février et août];
o Si vaccinée plusieurs fois entre la naissance et 1 an, 1 dose DTcaP à M1, puis DTP à M2 et rappel DTcaP 25 ans plus tard ;(*)M = « mois »
• Anti-Hépatite B :
o contrôle sérologique des anticorps ET de l’antigène Ag HbS ;
o Si Anticorps et antigène négatifs : 3 injections à M1 M3 et M8 ou 2 injections à 6 mois d’intervalle selon le vaccin choisi (à décider sur avis du médecin) ;
o Si anticorps positifs et antigène négatifs : la vaccination sera décidée selon la quantité d’anticorps retrouvée ;
o Si anticorps négatif et antigène positif : prendre un avis médical sans attendre;
Anti-Varicelle :
o après sérologie (recherche des anticorps par prise de sang)
o Si la sérologie est négative : 2 doses espacées de 4 à 6 Semaines ou 6 à 10 semaines selon le vaccin utilisé ;
o Grossesse interdite dans le mois qui suit la vaccination (faire la vaccination quelques jours après l’examen médical du MOM)
o Laisser 1 mois d’intervalle avec l’injection du vaccin ROR s’il est fait aussi ;
Anti-Rougeole – Rubéole (sous forme ROR):
o Il est peu probable qu’elle ait reçu 2 doses dans l’enfance (la 2ème dose après l’âge de 12 mois est payante et c’est très cher);
o 1 injection unique de ROR sans sérologie préalable
o Pas de grossesse dans le mois qui suit
o Laisser un intervalle de 1 mois avec l’injection du vaccin anti-varicelle
Les VACCINS qu’on PEUT AUSSI ENVISAGER:
• Anti-Hépatite A :
o Avec ou sans sérologie (prise de sang)
o 1 injection unique – Rappel 6 à 12 Mois plus tard mais possible jusqu’à 5 ans plus tard

 

Les VACCINS « POURQUOI PAS » mais franchement pas archi nécessaires :
Anti-Grippe (si on était en Europe, à faire sans hésiter mais ici où elle sévit peut, on peut s’en passer)
Anti-Fièvre typhoïde (pourquoi pas si votre helper est amenée à séjourner en zone rurale en Inde)
Anti-Pneumocoque (Si votre helper est asthmatique mal contrôlée ou bien si vous avez un enfant en état de déficit immunitaire et qu’il faut protéger – 1 dose de vaccin 23-valent)
Anti-Méningocoque (Maladie peu présente à Singapour – 1 dose de vaccin anti-méningo C)

Je rappelle qu’il n’existe AUCUN vaccin contre le paludisme (malaria), la dengue et le chikungunya. Seule la lutte contre les piqures de moustiques est efficace. Les helpers n’ont AUCUNE protection naturelle contre ces maladies et sont toutes aussi exposées et vulnérables que vous et moi.

Quelles VACCINS A-T-ELLE PU RECEVOIR dans son ENFANCE?
Aux Philippines il existe un programme national de vaccination de tous les enfants âgés de moins de 1 an ; toute Philippine devrait donc avoir reçu au moins :
• 1 dose BCG (tuberculose)
• 3 doses Hépatite B + Diphtérie + Tétanos + Polio + Haemophilus + Coqueluche + Pneumocoque
• 1 dose de ROR à l’âge de 12 mois (grand risque qu’elle n’ait pas été faite ; de plus, il faut 2 doses pour être bien protégé)
• 1 vaccination anti –rotavirus (virus des gastro entérites)
Au-delà de l’âge de 12 mois, il y a peu de chance qu’elle ait été revaccinée.

 

Je ne dispose pas de l’information pour l’Indonésie, la Birmanie ou l’Inde. Si vous disposez d’un document officiel en anglais pour ces pays, je suis preneuse!

Les noms des vaccins utilisés chez l’adulte :

Anti-Diphtérie-Tétanos-Polio-Coqueluche (DTcaP):
• REPEVAX
• BOOSTRIX-TETRA

Anti-Hépatite B :
• ENGERIX B20
• HBVaxPRO 10
• GENHEVAC B PASTEUR

Anti-Varicelle :
• VARILRIX
• VARIVAX

Anti-Rougeole et Rubéole (obligatoirement associé aux oreillons):
• MMR VAX PRO
• PRIORIX

Anti-Hépatite A :
• AVAXIM 160
• HAVRIX 1440

Anti-Fièvre typhoïde :
• TYPHIM Vi
• TYPHERIX

Anti-PNEUMOCOQUE
• PNEUMO 23

 

Ressources :
Calendrier vaccinal Philippin : lien ici

Recommandations OMS pour la vaccination des personnels de santé: lien ici

Calendrier vaccinal français (INPES): lien ici

Recommandations OMS pour les rattrapages de vaccination : lien ici

Calendrier vaccinal recommandé par l’OMS pour les enfants : lien ici

Publicités

MAUX d’EXCUSE

Par défaut

Il est 7h00 du matin. Marie a 38°C. Kevin a mal au ventre. Jean a un aphte dans la bouche. Lou a un œil rouge. A Singapour, à Paris ou n’importe où dans le monde, quel parent n’a pas un jour connu l’une de ces situations assortie bien souvent d’une touche d’angoisse, d’un brin de contrariété et surtout d’une sempiternelle question : école ou pas école ? A Singapour, la réponse est plutôt facile à trouver : suivez le guide !

Et oui ! Ici, tout est écrit ! Dans un guide qui fait autorité (Réf 1 lien ici),  le Ministère de la Santé singapourien a dressé très précisément la liste des signes et symptômes qui interdisent d’aller à l’école, à la crèche ou à la garderie. En premier lieu, la fièvre : au dessus de 38,9°C (rectale), un enfant doit rester à la maison même s’il n’a aucun autre symptôme.  Attention, le seuil est plus bas avec d’autres thermomètres : 38,3°C (buccale) ou 37,8°C (sous le bras). Il est beaucoup plus bas chez le nourrisson de moins de 4 mois: 38,3°C (rectale). En second lieu, les symptômes courants mais «peut-être annonciateurs d’une maladie potentiellement sévère» (sic!). Les voici:

  • Fièvre accompagnée de douleur de gorge, douleur d’oreille, diarrhée, vomissement, éruption, irritabilité ou confusion
  • Écoulement blanchâtre ou jaunâtre d’un œil (un seul) avec ou sans œil rouge (les 2 yeux rouges n’est pas un facteur d’exclusion sauf en cas de sécrétion jaune dans les 2 yeux);
  • Diarrhée incontrôlée
  • Plus de 2 épisodes de vomissements en 24h
  • Mal de tête ou nuque raide
  • Difficulté à avaler ou bien douleur de gorge avec des ganglions palpables sous la mâchoire
  • Perte d’apétit
  • Perte inhabituelle d’entrain (que les médecins francophones nomment « léthargie »)
  • Toux sévère et incontrôlée
  • Difficulté à respirer ou sifflement
  • Pleurs incontrôlés
  • Aphtes buccaux

Pour tous ces signes, l’institution d’accueil de l’enfant peut exiger un certificat médical de non-contagion avant d’autoriser l’enfant à ré-intégrer la structure (le certificat étant obligatoire pour les aphtes buccaux qui sont fortement évocateurs de syndrome pieds-mains-bouche dit HFMD ici)

Le syndrome pied-main-bouche (HFMD en anglais; description complète ici)

Maladie virale en général peu sévère mais très contagieuse, qui survient par épidémies annuelles et se présente sous forme d’aphtes dans la bouche et de boutons sur la paume des mains et la plante des pieds, le tout accompagné de fièvre. Un enfant infecté peut retourner à l’école dès que les boutons sont secs. En période épidémique, un enfant qui présente un seul aphte dans la bouche, même sans fièvre, ne doit pas aller à l’école. (Lien ici pour la surveillance du HFMD à Singapour)

L’inventaire se termine par la liste des maladies à éviction scolaire (ou garderie)  obligatoire telles l’impétigo, l’angine à streptocoques, une poussée d’herpès buccal (pas labial), le zona, les maladies infantiles à boutons, la coqueluche, l’hépatite A, la tuberculose. A chaque fois que l’un de ces cas se présente, le retour à l’école ne pourra se faire que sur présentation d’un certificat médical.

Pour info, voici quelques exemples de durée d’éviction inscrites dans le Guide 2012 pour le contrôle des maladies infectieuses (lien ici):

  • Fièvre: retour possible après 24h sans fièvre
  • Conjonctivite: jusqu’à guérison complète (disparition total de l’écoulement oculaire)
  • Diarrhée: jusqu’à guérison complète
  • Varicelle: jusqu’à ce que tous les boutons, sans exception, aient une croûte
  • HFMD: jusqu’à la disparition de la fièvre ET assèchement de tous les boutons
  • Angine (à streptocoques): jusqu’à 24h après le début du traitement antibiotique
  • Poux de cheveux: jusqu’à réalisation d’un traitement complet lenticide
  • Impetigo (infection très contagieuse de la peau): jusqu’à 24h après le début du traitement antibiotique
  • à noter: la séropositivité pour le VIH et le sida maladie ne donnent pas lieu à exclusion

Ces recommandations sont valables pour  toutes les structures d’accueil des enfants de moins de 7 ans, qu’elles soient singapouriennes ou internationales, publiques ou privées.  Elles sont complétées d’une loi (Réf 2; lien ici) qui impose à tout enfant, quelle que soit sa nationalité d’être vacciné contre la diphtérie et la rougeole, les deux seuls vaccins obligatoires à Singapour, les autres n’étant que recommandés selon un calendrier vaccinal (Réf 3; lien ici) assez proche du calendrier français, ce dernier présentant cependant l’avantage d’avoir moins d’injections pour une protection équivalente  (lien ici pour le texte complet: voir page 28 uniquement pour les enfants et ados;

Et pour avoir les principales maladies en images (Attention âmes sensibles, s’abstenir!), le lien du MOH singapourien est ici.

 Dr Anne Genetet – 19 Mars 2014

Bibliographie

(1)    Infection control guidelines for schools and child care centres / Kindergartens / preschool centres / student care centres. Ministry of Health. 2012.

(2)    Infectious Disease Act

(3)    Singapore Health Promotion Board. Immunisation Chart. Dec 2011.